Planification de la réalisation de ma garde-robe automne & hiver 2019 (1/3)

Réfléchir en amont pour un ensemble cohérent et durable

1  |  I N T R O D U C T I O N

Lire le livre de Charlotte Moreau « Le Dressing-code » a été très instructif – sans pour autant que j’aie envie de trier et virer la moitié de mes affaires : ça a ouvert la porte à une réflexion qui a commencée à se faire en sous-marin.

Puis, il y a eu « Dressed » de Deer and Doe. Avec la lecture de ce deuxième livre j’ai eu envie de me pencher pour de vrai sur la question et de mettre un peu en perspective mes projets.

Je n’ai essayé qu’une fois de planifier mes projets à grande échelle, en 2016 (liens vers les articles  : inspiration ; projets)(vous pouvez retrouver tous les articles en tapant A/F2016 dans la barre de recherche). J’avais réussi à coudre presque toutes les pièces que je souhaitais mais finalement il n’y a jamais vraiment eu d’harmonie ou de « happy end » car sur un total de 7 pièces :

  • une partie des pièces ne m’allaient pas – le « finalement c’est pas mon style » (-3)
  • une est devenue trop petite (-4)
  • une a été jetée car le tissu s’est usé prématurément (-5)
  • une autre présente des finitions douteuses qui me « bloquent» (-6)

… ce qui ne nous laisse donc un bilan de 1/7 qui a passé le cap de la qualité et du temps.

Bref, l’expérience n’avait pas été très concluante. Pourtant, il est certain que réfléchir et anticiper est la clé pour coudre moins mais mieux, toujours dans la démarche que j’ai entrepris cette année de réduire mes achats et de me tourner vers des tissus plus durables, avec plus ou moins de succès.

Alors pourquoi ne pas prendre en compte les conseils et aides de ces deux livres pour bâtir un nouveau projet ? Plus réfléchi, plus consistant, plus mature, plus moi ?

Untitled-1

Avant de me lancer je voudrais vous parler plus en détail des deux livres cités précédemment et qui sont les socles de toute ma démarche : Dressed et Le Dressing-Code. Ces deux livres se ressemblent beaucoup, certaines des références faites sont d’ailleurs les mêmes ! Toutefois ils ne s’adressent pas aux mêmes publics et n’ont pas les mêmes objectifs :

  • Le Dressing-code est écrit pour les clientes du PaP et traite autant de ce qui est déjà dans votre penderie que de vos futurs achats en abordant des points comme les « faux amis » ces basiques pas facile à appréhender, que les gammes de couleurs.
  • Dressed est écrit pour les couturières dont les problématiques sont différentes (impossible de ramener un vêtement et de se faire rembourser s’il ne vous va pas au final …) et qui s’orientent plus vers la construction d’un ensemble harmonieux mais sans tenir compte de « l’existant ».

C’est à cause de cette notion de prise en compte du dressing déjà présent que j’ai décidé de faire mon petit mélange entre tous ces bons conseils, car évidemment, je compte continuer a porter ce que j’ai déjà et ne pas repartir de zéro !

Dans un soucis de transparence je précise également que j’ai fait partie des testeuses du livre Dressed (test de la robe droite, du pantalon et du gilet, si vous voulez tout savoir), que j’ai pu avoir accès au livre il y a plusieurs semaines (ça parait évident vu la réflexion que vous allez lire mais je préfère le préciser …) et que j’ai reçu un exemplaire gratuitement. Ici je ne compte pas vous faire une review du livre détaillée, ou vous présenter tous les patrons cousus : ça irait a l’opposé du principe de couture réfléchie et durable tel que je l’envisage et qui est le sujet même de cet article ! Je suis certaine que vous trouverez beaucoup d’autres blogs ou comptes IG pour vous présenter les patrons 🙂


Pour mettre toute ma démarche au clair (y compris pour moi) et éviter l’indigestion, j’ai décidé de vous poster une série de 3 articles (dont le premier est aujourd’hui, donc), qui seront divisés ainsi :

    1. Introduction [26/11/19]
    2. Réfléchir (analyser ; se définir) [26/11/19]
    3. Esquisser (choisir ses couleurs ; se visualiser – les outils ; quantifier) [02/12/19]
    4. Mettre en oeuvre (faire sa wish-list ; planifier) [06/12/19]
    5. Et après ? [06/12/19]

 

2  |  R É F L É C H I R

Qui suis-je ? Ou vais-je ? Dans quel état ? Et si on se posait vraiment la question ? S’habiller on le fait pour les autres mais surtout pour soi. Et on le fait tous les jours. Alors, sur quelle base choisit-on nos vêtements, qu’attends-on d’eux ? Je vous propose qu’on s’attaque tout de suite au fondement de notre projet de garde-robe (enfin au mien). Ce n’est pas la partie la plus graphique, la plus sympa ou la plus drôle à réaliser (et donc à lire, j’imagine) mais c’est de ces réflexions que tout le reste va dépendre.

a) analyser

Pour analyser nos attentes vis-à-vis de nos vêtements, les deux livres s’appuient sur le même schéma afin de nous faire analyser notre mode de vie :

  • Les contextes que l’on rencontre et à quelle fréquence
  • Les contraintes que l’on a
  • Les désidératas personnels

Je vais donc m’employer à répondre à ces différents points avant d’aller plus loin.

 

citation 1

 

Tout d’abord pour restituer globalement :
J’ai 27 ans, presque 28, je n’ai pas d’enfant, je vis en région parisienne et je suis cadre dans le domaine de la construction. En ce moment je suis à un poste de « bureau » mais il m’arrive régulièrement de devoir aller sur chantier.

Les contextes que je rencontre le plus souvent sont les suivants :

  • Le travail, 5 jours sur 7
  • Les soirées et le dodo, 7 nuits sur 7 ^^
  • La glande (couture, Netflix, cuisine), 1 à 2 jours sur 7
  • Les sorties diverses (resto, ciné, expo …), 1 jour sur 7

Pour chacune de ces occasions, les contraintes ne sont évidemment pas les mêmes et certaines ne méritent pas forcément une large réflexion … en terme de glande par exemple, j’ai largement assez de leggings pour les 10 prochaines années, de vieux tee-shirts et sweats.

Pour les soirées/nuits, j’ai pris les choses en main en me cousant 2 pyjamas en flanelle pour cet hiver. Je renouvellerais l’expérience cet été avec des versions coton (un pantalon et un short je pense). Dans l’idéal je souhaiterais trouver ou me coudre une robe de chambre mais pour l’instant c’est loin d’être indispensable.

2
Dans les deux livres vous pouvez vous appuyer sur des « Fiches Pratique »

Il reste donc deux contextes à explorer : le bureau et les sorties. Pour moi, la question de faire la distinction entre les deux se pose. En effet, mes sorties ont lieu après ma journée de travail (et je ne rentre pas me changer car la vie est trop courte) ou le week-end. Mais dans tous les cas, pas de tapis rouge en vue et trèèès rarement de grandes occasions nécessitant une tenue habillée ++

Ces deux rubriques peuvent donc en partie se mélanger même si les contraintes du bureau doivent être celles qui sont « limitantes » …

En termes de contraintes liés à mon job, j’ai pu lister celles-ci :

  • Je suis beaucoup assise = il faut que ça ne se froisse pas trop
  • Je dois parfois sortir sur le chantier = les pantalons sont à privilégier
  • Mes journées sont longues = confooooooooort
  • Mes bureaux sont des Algeco = on a de grosses variations de températures
  • Je suis dans l’encadrement = en théorie je ne suis pas censée être habillée comme une pouilleuse (j’avoue que ça ce n’est pas trop-trop vrai, je n’ai pas trop de souci à aller bosser en jean troué de partout … je suis sur chantier et pas au siège donc on a une bonne marge de tolérance).

Mes désidératas sont en revanche les mêmes pour TOUS les contextes :

  • Je lave TOUT en machine à 30°C (même les manteaux en laine, tout je vous dis), sans trier les couleurs et je ne repasse quasi RIEN car, encore une fois, la vie est trop courte.
  • Je ne suis pas très soigneuse avec mes affaires
  • Dans l’idéal je privilégie désormais les projets assez rapides à coudre et les tissus GOTS.

Maintenant qu’on a dit tout ça … il faut laisser maturer mais on a posé les bases, et le fil conducteur commence à apparaître. Pour moi par exemple il faut des choses confortables, superposables (donc des pièces qui se mixent bien entre elles) et privilégier les ensembles hauts + pantalon (même si les robes ne sont pas interdites). On commence à identifier ce qui peut manquer dans son dressing ou ce qu’on a en trop. Typiquement : je tourne avec 3 jeans (dont 1 à trous) et je n’ai pas d’autres pantalons d’hiver.

 

b) s’inspirer

J’ai tout un tas de look d’hiver et d’été enregistrés sur Pinterest (vous pouvez consulter la totalité de mon tableau ici). Les moods boards je trouve que c’est un peu à double tranchant. C’est génial pour trouver des idées et un fil rouge, voir ce qui ressort rapidement : typiquement moi, on tourne autour de 3-4 types de tenues et deux couleurs … mais en même temps ça donne envie de démultiplier les projets et souvent les références qu’on trouve sont assez loin de nous morphologiquement ! Difficile de ne pas s’emballer et partir dans 15 directions dont les ¾ sont des tenues plus adaptées à des femmes de 3.45m et 19 kilos !

Dressed conseille de faire un mood-board puis de l’épurer pour en faire ressortir une sorte « d’évidence » (bon c’est mieux dit dans le livre). Pour moi ce seront les tenues suivantes qui se répètent beaucoup (les pièces marquées de * sont celles qui sont déjà présentes dans mon dressing) :

  • LE LOOK JEAN : La chemise (en jean) + jean + veste
    Le « canadian tuxedo » (ou total look jean) c’est un truc qui m’a toujours attiré … ça a l’air si facile à vivre ! Et il suffit d’une petite veste pour avoir l’air décontracté ou habillé. De toute façon, j’en parlais déjà il y a longtemps je suis fan des looks blazer + chemise … mais je me suis rendue à l’évidence, les blazers, c’est trop guindé pour moi. Ce n’est pas grave, il existe plein d’autres styles de vestes.

moodboard 1

  • LA ROBE NOIR : La robe + gros manteau*
    Je n’ai pas de robe noire. Objectivement, ça ne m’a jamais manqué malgré tout le foin qu’on en fait. Si elle est grise, c’est bien aussi. Ce que je retiens surtout c’est les manches longues : hormis une robe chemise, je n’ai que des robes manches 3/4 dans mon dressing et le côté évasé.

moodbard 2

  • LE LOOK CONFORTABLE : Le jean + gros pull* + gros manteau*
    Je vous le disais, je tourne en permanence avec 3 jeans : 2 sont tailles hautes et au dessus de la cheville (type mom jean) dont 1 avec des trous – ils sont gris et bleu. J’ai aussi un slim noir. Finalement c’est assez limitant pour une pièce portée si souvent !

moodbard 3

Alors bien sur, j’ai déjà des jeans et des vestes dans mes placards mais je n’ai pas mis d’étoiles car ce sont des catégories que j’ai prévu de légèrement étoffer. En revanche cette année je ne ressens pas le besoin de me lancer dans un nouveau manteau. Avec mon Magnésium beige et mon Opium gris j’ai mes basiques. Pour le « fun » j’ai un imper imprimé Petit Bateau : Pas besoin de plus.

On remarque ça « fit » pas mal avec mes contextes et contraintes : du pantalon, des couches de vêtements, du confortable et quelques robes parce que j’adore ça …


 

C’est l’heure de faire un premier bilan ! Je ne sais pas vous mais moi j’y vois plus clair. Je commence à visualiser des silhouettes, des noms de patrons me viennent en tête et plusieurs pièces de mon dressing s’assemblent (en particulier pour la partie « gros pull » ou « veste » ou je suis assez bien fournie). C’est aussi l’occasion de se rendre compte que les couleurs des looks que j’ai épinglés tournent autour de la même gamme : Beige, gris, noir, jean …  (oui,  je suis une fille fun).

Bref, qu’est ce que vous pensez de tout ça ? Vous retrouverais-je pour la suite ?

61 commentaires

  1. merci pour cet article, j ai le livre de balibulle que je n ai pas encore eu le temps de lire en détail et la tout d un coup ta « trame » me donne envie de m y mettre et m apporte un éclaircissement sur la marcha à suivre…

    J'aime

  2. Bonjour,
    moi, j’aime bien ce style d’article et donc de réflexion et le livre de deer and doe m’attire de plus en plus, même si leurs patrons sont peu adaptés à ma silhouette (!)
    depuis toujours, le nombre de couleurs de ma garde robe est assez limité, souci d’économie, de cohérence, d’ensemble, et je suis contente de voir que les jeunes femmes se posent de plus en plus de question sur la portabilité de ce qu’elles confectionnent.
    Cette année, j’ai acheté tous les cadeaux de Noël que je n’ai pas faits sur vinted, merveilleux site pour ne pas adhérer à la spirale du gaspillage et de la pollution due à l’industrie textile : au moins ces vêtements sont « recyclés ».
    Bravo à toi !

    J'aime

  3. Merci pour cet article très complet. J’étais déjà bien attiré par le livre de Deer & Doe (plus pour la méthode en premier lieu) mais j’aime bien feuilleté avant d’acheter pour les livres… donc je vais voir si ma médiathèque possède l’autre ou si je peux le feuilleter pour me faire une idée. J’ai plein d’idées mais peu de temps et je n’arrive pas trop à me mettre à la couture en ce moment alors… c’est peut-être un bon moyen. Hâte de lire la suite.

    J'aime

  4. Merci pour ce retour sur ces deux livres. Je les ai tous les deux (enfin presque, vu que Dressed est commandé mais pas encore techniquement reçu) et celui de Balibulle est dans mon atelier depuis au moins deux mois…
    Je remets toujours à plus tard cette analyse, tout en me désespérant de coudre des vétements uniques, avec des challenges techniques toussa toussa qui restent uniques dans mon dressing car rien ne « matche ». Bref, un coup de pied au derch s’impose, et j’en suis d’autant plus consciente à la lecture de cet article car « la vie est trop courte ».

    J'aime

    1. Je pense que c’est une démarche qui se fait sur le long terme ^^ le livre de balibulle se lit très vite, perso j’ai fait une première lecture et puis je suis revenue dessus avec un surligneur et des post-it .. mais si on veut « vraiment » s’y mettre je pense que la démarche doit se faire sur le long terme, il faut laisser le cerveau faire le job en « tâche de fond » jusqu’à ce qu’on se sente mûre

      J'aime

  5. Oui tu me retrouveras pour la suite 🙂 Ton article est très intéressant et en ligne avec mes réflexions actuelles. J’ai hâte de voir le livre de Deer and Doe car il me parait effectivement complémentaire du Dresing code. Et puis un ensemble de basiques déclinables avec la qualité Deer And Doe j’avoue que la promesse est alléchante…. A bientôt donc!!

    J'aime

      1. Oui c’est un constat qui se retrouve chez pas mal de couturières depuis un moment mais je trouve ça vraiment intéressant d’avoir accès à des réflexions construites de couturières sur le sujet. Parce que c’est notre passion il est moins facile de tout rationaliser et l’équilibre est délicat à trouver entre le « trop » et la frustration de négliger notre hobby préféré

        J'aime

  6. Hello Anne
    Excellent article, comme toujours je te lis avec grand plaisir ! Je dois dire que j’étais un peu perplexe en entendant parler de ce livre, craignant que le contenu ne soit pas à la hauteur de la promesse. Ce premier article m’a beaucoup intéressée et le livre semble plus prometteur que je ne le pensais. J’ai hâte de lire tes prochains articles, je serai au rdv c’est certain !
    Merci
    Bises
    Sylvie

    J'aime

  7. Merci pour ce super article! J’adore ta réflexion, vraiment! J’ai 34 ans et clairement encore une garde-robe moyen adaptée à ma réalité… trop de mou et pas assez de « portable au bureau » pour le travail au gouvernement. Tu viens de me donner envie de me remettre à Pinterest, je trouve tes tableaux vraiment inspirants!
    D’ailleurs, tu aurais un patron de jupe à me recommander? Je trouve ca difficile de trouver une jupe patineuse ou évasée en tissé. J’ai l’impression que tout ce qui est à fronces fait un effet parachute monstrueux…

    J'aime

    1. Merci ! Pour le coup je te conseille le pantalon du live de DD, zero prise de tête et qui présente bien ^^ Niveau jupe j’ai quasi arrêté d’en coudre : ça ne me va pas, je m’arrache continuellement les cheveux sur comment/avec quoi les assortir … je n’ai gardé que une Brume noir par dessus laquelle je mets des gros pulls :/

      J'aime

  8. Moi aussi, je suivrai avec intérêt la suite de ta réflexion. C’est malin de partir de sa propre réalité et ses contraintes plutôt que de tenir en priorité compte de l esthétique! Je n’avais jamais envisagé les choses sous cet angle…

    J'aime

    1. Ah, je pense que l’esthétique reste un fondamental (perso je ne compte pas me coudre des trucs moches hein) mais que c’est juste une histoire de remise en ordre des priorités : d’abord un jean (dont j’ai besoin, même si c’est pe moins fun et que c’est une pièce qui me stresse) ou une 200ème robe que je ne porterais pas forcément plus que les précédentes .. je vois plus ça comme ça ! ça ne m’empêche pas de choisir des tissus que j’aime et que je trouve beaux (peut être même que je me concentre plus sur cette partie mnt car je couds moins)

      J'aime

  9. Quelle bonne réflexion ! Tu nous a bien dėbroussaillė le terrain. Ta vision est très intéressante et tu as déjà bien ciblé tes besoins. En tant qu’expat dans le Moyen-Orient je n’ai pas accès aux livres et/ou patrons papier, les frais de livraison sont indécents. Et je ne peux pas remplir ma valise de bouquins lors de mes retours en France, les 23 kg sont vite atteints. Alors c’est avec intérêt que vais suivre ta démarche surtout qu’il est indispensable que je repense mon dressing et surtout que je porte ce que je couds, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

    J'aime

    1. Pour le livre de DD c’set vrai que c’est compliqué ! si c’est celui de Balibulle je suis certaine qu’il est dispo sur kindle et il n’y a pas de visuel qui nécessitent d’avoir a tout prix la version papier 😉 en tout cas si ce que je poste peut aider ^^’

      J'aime

  10. Je te lis avec attention.
    Tellement de critères se bousculent pour mener à bout cette réflexion: la morphologie, la praticité, le climat, les différentes situations , la mode ( car on est influencé sans le vouloir !)….et puis le rapport aux objets en général : je suis farouchement attachée à mes vieilles fringues , et malheureusement ( j’ai de la place 🙄… et le double de ton âge 🥳..), je collectionne ! Un petit tour chez le psy serait peut être nécessaire, car je n’ai pas encore trouvé de solution ….
    A bientôt de te lire

    J'aime

    1. Ahahah ^^ perso je gardais beaucoup de vêtements et de chose en général et c’est de regarder la série de Marie Kondo qui m’a débloqué au début de l’année ! J’ai un peu paniqué ^^ et puis je déteste avoir trop de choix en fringues comme en tissus, je trouve que c’est pire … du coup j’ai fait un gros tri sauvage et j’ai tout vendu a une braderie. Pour moi ça a été un bon déclencheur !

      J'aime

  11. Merci pour cet article intéressant! J’avais déjà fait un peu ce boulot grâce à The wardrobe architect de collette patterns. Et il y a des éléments qui m’ont beaucoup aidé dans un de mes gros problèmes = définir mon style. Sarai nous fait réfléchir à notre philosophie, notre culture, notre environnement social etc. Et ça m’a fait comprendre pas mal de chose, du genre que j’adore le look Sézane mais que ça fait trop dame et trop chic pour moi et que je serai mal à l’aise de me balader dans ma cambrousse comme ça.
    Et que par contre j’ai un côté « folk » dans ce qui m’intéresse dans la vie en général (culture etc) et je me sens à l’aise dès que j’ai un petit détail qui rappelle ça. Bref tout ça pour dire que j’ai trouvé que c’était encore plus global que mon mode de vie, ça va jusqu’à « qui tu es? ». Pffiou quelle mise en abime. En tout cas hâte de lire tes prochains articles (et de recevoir mon livre, je crains que ce soit mon tour d’avoir des soucis avec la poste 😦 )

    J'aime

    1. Je croise les doigts pour ton livre ….
      je t’avoue que pour ma part je n’ai pas l’impression d’avoir un style en particulier (le seul mot qui me vient c’est « basique » niveau vestimentaire) mais je sais ce que j’aime bien et que ce je déteste ^^ c’est déjà ça ! Le fait de reconnecter le vêtement au côté utilitaire qu’il doit avoir m’a aussi fait du bien, je crois qu’il y a des moments ou j’ai carrément oublié de prendre en compte ma vie dans mes projets …

      J'aime

  12. Bonjour,
    Je viens tout juste de vous découvrir. Quel article très intéressant et qui raisonne en moi. Cela fait quelques mois que je couds et je ne comprenais pas pourquoi j’avais dû mal à porter certains vêtements cousus. Je pensais que j’avais mal choisi ma taille et/ou de tissus. Ton article raisonne en moi et me fait comprendre que j’ai mal aiguillée ma réflexion : morphologie, confort, couleurs, praticité….
    Vivement tes prochains articles.

    J'aime

    1. Merci 🙂 ça arrive !
      Après les erreurs en couture, et surtout quand on débute c’est normal et je dirais même nécessaire ! C’est comme dans tout les domaines : on apprend probablement plus en se plantant que quand tout roule comme par magie 😉

      J'aime

  13. Ah oui, tu me retrouveras pour la suite, je trouve le sujet passionnant et la façon dont tu le traites limpide. Je tends vers une « rationalisation » de ma garde-robe mais je le fais à l’instinct, jusqu’ici. Je vais aller consulter ces deux ouvrages à l’occasion.

    J'aime

    1. J’aimerais bien être capable de faire ça a l’instinct mais si je fais ça c’est plutôt après coup (genre après avoir finis de coudre, le « ah en fait c’est pas dingue ») je voudrais voir si je suis capable/ si ça marche en réfléchissant avant ^^

      J'aime

  14. C’est toujours avec plaisir que je viens par ici, et là je suis ravie que tu nous fasses un retour détaillé sur ces deux livres (même si je suis surtout intéressée par Dressed puisque j’aspire à coudre intégralement ma garde-robe). J’avais déjà commencé à gamberger, mais je n’ai jamais mené la réflexion plus loin, faute de vrai guide, donc je lis ta démarche avec grand intérêt. A bientôt pour la suite alors !

    J'aime

  15. Merci pour ce premier article très intéressant. En revanche, devoir tout « gérer » (et j’utilise délibérément ce vocabulaire de l’entreprise) de façon rationnelle ne me convient pas. Je couds des choses souvent excentriques dans le choix des tissus (récupération de vieux rideaux, souvent) voire des coupes; je porte ce que je couds, comme tu le dis « la vie est trop courte », tant pis pour celles et ceux qui se moquent de moi, c’est leur problème, pas le mien. Et j’ai 57 ans, les petits kg des gourmandises, je n’ai rien d’une top modèle à qui tout est censé aller … en revanche, je ne transige pas sur le confort. Vivent l’improvisation et les coups de cœur. Peut-être trop libertaire dans un monde qui se guinde et devient très sage et convenable.

    J'aime

    1. Je pense que ça dépend beaucoup des gens ! Personnellement je suis contente de m’être fixée des « guidelines » mais si ça ne fonctionne pas et bien tant pis 🙂 idem je ne compte pas me forcer si je pense que finalement une pièce est une mauvaise idée / ne me donne plus envie / pour tout coudre avant la fin de l’hiver .. et idem je ne compte pas me priver si j’ai un coup de coeur « hors liste ».. la couture est un loisirs avant tout 🙂 Pour le moins le but est plus de joindre l’utile a l’agréable en faisant des choix plus judicieux

      J'aime

  16. Hate de voir comment tu as exploité ces deux livres!
    J’ai aussi testé les patrons et ai reçu le livre. J’ai beau réfléchir à mon dressing depuis deux ans à l’instinct et les articles d’Eleonore, le livre m’a quand même permis de mettre des mots sur certains points qui ne fonctionnaient pas, et d’en confirmer d’autres.
    Hate de lire la suite!

    J'aime

    1. Merci ! Lire c’est une chose, aller au bout de la mise en pratique en est une autre … pour l’instant je ne compte pas trop me presser : je pense que la couture attendra la fin de l’année ! Réfléchir c’est déjà assez de fatigue pour le moment, j’attend un regain d’énergie pour m’y mettre

      J'aime

  17. J’aime beaucoup cet article et il me parle puisque je suis en pleine lecture du « dressing code » que je trouve suffisant pour travailler avec, même en mode couturière.
    J’ai hâte de lire la suite.
    L’avantage du livre de Charlotte Moreau est qu’elle ne préconise pas un style, ni un basique (encore moins le style épuré, monochrome, ni même le sien) mais incite à découvrir ce qu’on aime et porte…même si c’est excentrique ! Le profil «gestionnaire » ou « rationnel » n’étant pas un but, ni une fin en soi. Bref, j’apprécie qu’elle évite l’écueil de l’uniformité et la standardisation du dressing.

    J'aime

  18. Oh, j’attends la suite avec impatience. Je me retrouve tout à fait dans cet article (notamment l’épinglage dans pinterest de looks sur des femmes morphologiquement quand même très différentes de moi, hum…). Et malgré notre différence d’âge (20 de plus), nous avons les mêmes contraintes boulots, alors comme je suis très fainéante, je vais moutonner… Encore merci.

    J'aime

  19. Article super intéressant!
    Je n’ai pas les livres, mais je me suis fait la réflexion ces derniers mois que je couds peu car j’ai finalement souvent peur d’être déçue. Je couds lentement, alors passer des plombes pour un truc qui ne me va pas, non merci.
    C’est ce qui m’a poussée vers les cours de coupe à plat.
    Mais ça n’ôte rien à la démarche que tu fais et qui me semble très pertinente. Vivement la suite!

    J'aime

    1. Je pense que chacun cherche des choses différentes ^^ personnellement ce que j’aime c’est vraiment l’acte de coudre (c’est pour ça que je couds beaucoup pour mon copain ou ma famille) a côté de ça, toute cette démarche organisationnelle c’est plutôt pour éviter le trop-plein/l’overdose. Maintenant je fais bcp de toiles et j’ai appris a faire l’ajustement le plus récurrent pour moi (petites épaules) et ça va beaucoup mieux ^^

      J'aime

  20. Ton article est vraiment très intéressant. Je suis un peu dans la même démarche suite notamment aux podcasts audio de Nathalie Atelier 292, Elodie Blueberry, … J’ai acheté le livre de Charlotte Moreau (je n’ai pas encore terminé ma lecture) et je suis fortement intéressée par celui de Deer&Doe, histoire de faire un mix de tout cela (avec une pointe de Marie Kondo par dessus). Merci de nous partager tes réflexions, je suivrai avec intérêt les prochains articles !

    J'aime

  21. Les patrons de Deer and Doe me semblent tres basiques et comme Mathilde j’ai une collection de Burda pour y trouver surement des patrons similaires. Le problème pour moi dans tous ces nouveaux patrons, c’est de les adapter à mon âge (60 ans ) . Les tissus à fleur et les jupes froncées font vite mamie ce que je n’ai pas envie du tout, je porte souvent des jeans et des chemises et je tricote des cardigans.
    Ce n’est en effet pas toujours facile quand on voit un patron de l’imaginer sur soi. Je vis attendre de pouvoir feuilleter le livre avant d’éventuellement l’acheter

    J'aime

  22. C est une démarche très intéressante, je ne pense pas acheter le livre de Deer & Doe car les patrons ne me conviennent pas mais par contre je vais m inspirer de ton post (et des suivants) pour réfléchir.
    Bonne journée

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s