Bonnell Dress

attention, racontage de viiiiie

Patron : Bonnell Dress | Dixie DIY
Taille : 8
Matériel : Coupon de wax (Braderie Ste Thérèse à Rennes)
2m de passepoil (Anna Ka Baazar)
1 fermeture invisible

Imaginez moi, petit Annouch, partant un vendredi matin à l’aube (6h, pour plus de précision) de Valencia, des larmes plein le cœur de quitter Pauline pour rallier ma bretonne contrée. Sur la route – longue route – je frôle l’accident du côté de Bordeaux (oui je parle de toi le connard derrière qui n’a pas vu qu’on était arrêté à cause du camping car qui avait crevé, et qui a failli me rentrer dedans)(okok, il y a un peu plus d’un an c’était moi la connasse, sauf que j’avais vraiment foncé dans la voiture devant). Quelques kilomètres plus tard je reçois un mail de mon école qui m’annonce que mon pré-rapport de projet de fin d’étude est refusé et qu’il faut que je le refasse. Mon projet de fin d’étude commence le mardi matin. \o/

En rentrant je pète le feu encore 2h avant de m’endormir comme un caca vers 21h : je sais que je vais avoir un samedi de merde ! Et oui, outre le fait de refaire mon pré-rapport je dois aussi préparer la soutenance (in english les amis) que j’ai le lundi à Caen sur mon stage « international », vider ma voiture et refaire mon sac pour mes 6 mois de boulot à Paris. Autant dire que le samedi passe vite et que quand ma maman me propose d’aller à la braderie de mon quartier le dimanche, je la regarde avec des yeux globuleux, l’air de dire « non mais achève moi plutôt, quand j’aurais fini ça (mon travail) je compte hiberner le maximum d’heure possible ». Finalement le dimanche je m’extirpe de la couette (non sans peine) et roule ma poule, direction la braderie à l’affut d’un peu de mercerie ou de tissu.Honnêtement, avant, dans les braderies, je cherchais (comme dans les magasins de fringues) mais maintenant je me rend compte que j’ai juste la flemme et que je me contente de marcher en regardant distraitement ^^ c’est donc sur un gros gros coup de bol qu’on a trouvé une dame vendant quelques coupons de tissu dont ce wax. J’ai adoré la couleur et le motif « pas trop chargé » (en comparaison par rapport à un autre de ses tissus sur lequel il y avait des poules hihihi).

Et la vous vous dites : tout ça pour en arriver la ? Ben oui 🙂
En rentrant hop tissu direct à laver et j’avoue que dès l’achat je savais ce que je voulais en faire : Une Bonnell Dress. Mais pour être parfaitement honnête je n’ai ressorti la machine à coudre que la semaine dernière soit … 5 semaines après mon retour ! Grosse baisse de moral et de motivation et aussi gros changements de cadre (comment ça, pas de table à repasser ??).

Au travail j’en ai profité pour imprimer le patron et ça a été mon premier projet pour redémarrer tranquillement. J’ai utilisé un coton bleu acheté chez Sacrés Coupons pour doubler le corsage et du biais rose fluo pour la ceinture … à la base je le voulais rose « normal » mais il y a assez peu de mercerie dans le coin de Bastille ou je suis le plus souvent à Paris ! (Je travaille et habite dans le 93).

En terme de difficulté technique : honnêtement pas grand chose à se mettre sous la dent, c’est plutôt simple mais il faut bien saisir le schéma au moment de l’étape du doublage du petit triangle (les instructions sont en anglais). Niveau masochisme et parce que je suis toujours nulle pour ça, j’ai ajouté du biais. J’avais envie de faire ressortir la ceinture, ce qui n’était pas évident à cause des motifs du tissus.

Au niveau de la coupe j’ai rencontré quelques soucis et je sais que je ne suis pas la seule 😉 :
– Le buste était trop long.
– L’encolure dos baillait énormément et si je bougeais le surplus se déplaçait au niveau des emmanchures qui pochaient.

Pour régler ces deux problèmes d’un coup j’ai fait au plus simple : à l’essayage j’ai pincé au niveau de la couture épaule de manière a remonter tout le buste et bien plaqué le dos. J’avais 3cm côté cou et 2,5cm côté épaule à retirer au pli sur chaque pièce ! L’ajustement à été efficace mais engendre lui aussi quelques bémols :

– L’encolure déjà très haute (coucou je m’étrangle en position assise)(non je rigole mais bon vous voyez ce que je veux dire)(on risque pas l’attentat à la pudeur avec un décolleté pareil) et est donc là encore remontée.
– Le corsage étant doublé et étant ambassadrice de la flemme-de-la-couture-à-la-main j’ai maintenant deux gros surjets sur l’envers.
– En enlevant autant de cm aux bretelles elles ne faisaient plus la même taille au niveau de la nouvelle couture (genre 0.5cm de décalage) : j’ai donc décousu la doublure du corsage sur la partie dos/côté épaule et recousu pour atterrir au bon endroit.

Je crois que c’est tout, désolée si ce n’est pas très clair !

Maintenant on peut résumer …

Les +
+ Les découpes sur les côtés qui font l’originalité du modèle.
+ La technique de doublure qui permet un rendu très net, normalement.
+ Les schémas sont plutôt clairs et suffisent à la compréhension du modèle si on ne lit pas l’anglais.
+ La longueur de la jupe, pour une fois je ne panique pas au moindre coup de vent.

Les –
– Le corsage trop long à mon goût (j’ai cherché la stature de référence sur le patron mais pas trouvée donc pour info je fais 1,67m avec la taille plutôt haute)
– L’encolure un peu trop serrée même avant mon bidouillage.

Avis général
On ne va pas se mentir : même si je vais porter cette robe avec plaisir, je ne vais pas la refaire ! Trop de petites bricoles me déplaisent pour recommencer.

Les photos ont été prises à Lille (enfin vu l’herbe verte FLUO vous vous doutiez que je n’étais pas dans le sud 🙂 ), je vous en reparle bientôt !