Avoir un blog, le « Mariegate » et moi.

Dans les prochaines semaines je compte vous présentez deux projets en lien avec des productions de la société « Aime comme Marie » or vous n’êtes pas censées vivre dans une grotte (sinon aller faire un tour par ici) et vous n’avez pas du échapper au « Mariegate ».
Dans le but de débroussailler le terrain avant de revenir à des articles plus « normaux » je me suis dit que ce serait bien que j’écrive. Et aussi parce que je ne me suis exprimée entièrement nulle part et que cet endroit, mon blog, me parait être le bon pour le faire.

Je ne suis pas une fille naïve, au contraire, on aurait plutôt tendance à dire de moi que je suis très terre à terre et réaliste. Néanmoins, j’avoue que j’espérais que la sphère « couture » dans laquelle j’évoluais était fidèle à ce qu’on voyait d’elle. Mais en fait non.

Plagiat ou très forte ressemblance, ce que soit pour les patrons ou les tissus, c’est à chacun de juger, de se faire son opinion. La mienne est faite. Ce qui est regrettable dans cette histoire c’est le manque d’honnêteté (intellectuelle) de la société Aime Comme Marie, qui visiblement s’inspire sans citer ses sources, et en nous laissant croire que tout cela résulte d’une créativité débordante. Du travail, sans aucun doute, il y en a (un atelier, des patrons, des tissus, de la com …). Malheureusement pas là où on pourrait – où je pourrais – espérer qu’il soit.

Je ne reviendrai pas sur la (faible) défense invoquée par la société et comment on a appris le lendemain que au moins un des dits patrons de base/copiés avait quand même été en possession de la société. Tristesse … limite du grotesque. Internet n’oublie pas, visiblement.

Cela m’attriste également pour les autres marques de patrons indépendants que je chéris et qui fournissent un travail de vrai « professionnel » même quand ce n’est – généralement – pas leur formation de base. J’espère sincèrement que cette histoire les mettra en avant de part la qualité de leur travail, et non que cela leur portera préjudice.

Je n’achèterais plus de patrons produits par cette entreprise. Cette décision a été prise avant le « Mariegate » mais ces évènements n’ont fait que confirmer mon choix. Pourquoi ?
  • J’aime acheter des patrons indépendants. J’ai le budget pour et je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas si j’en trouve qui me plaise.
  • Le but d’un patron indé – outre le packaging sympa – c’est de m’apporter des modèles originaux et travaillés (type Quart, Centaurée …), des « vrais » basiques (veste Michelle, Cami dress …), ou un apport technique.
  • Je n’ai aucun problème avec les patrons dessinés à la main tant que tout tombe bien (ex : Gérard de RDC) ce qui n’a pas été le cas avec le seul patron de ACM testé (la Maligne). Or ça ne m’était jamais arrivé* avec une marque « indé ». Encore moins sur un patron ne comportant que 4 pièces !
  • J’attends également un petit plus, un échange avec les créatrices, un investissement supplémentaire : les sew-along (systématiques chez By Hand London, Pauline Alice, souvent chez Deer&Doe), les tutoriels (Pauline Alice, République du Chiffon …).
Bref pour 15€, je préfère me payer un patron d’une entreprise qui pourra m’offrir ça, dans une pochette en carton et pas en plastique, et dont j’aurai moins de soupçons sur l’éthique et les méthodes de travail.
Ensuite libre à chacun de faire ce que bon lui semble, malheureusement nous n’aurons sans doute jamais le fin mot de cet épisode de Dallas.
.
.
.
*Sauf Un été Couture de RDC mais les erreurs sont connues, le bouquin coûte 21€ et les erreurs sont inexistantes dans les patrons pochettes ou PDF testés par la suite

Mise à jour 14/09/2020

Mon avis a bien changé depuis cet article, et je vous en avais fait part en avril 2016 dans les commentaires de cet article, que vous retrouvez ci dessous :
« Alors, puisque je me suis exprimée lors du « marigate » annonçant que je ne coudrais plus de ACM et que finalement j’en ai cousu pas plus tard que ce week end … qu’est ce qui m’a pris ?

D’abord : est-ce que j’ai changé d’avis ?
Et bien non. Je ne connais pas plus Marie maintenant que avant, après avoir fréquenté les hautes sphères de la planète patron indé (LOL hein – mais cela dit cette mini expérience et les rencontres engendrées ont peut être modifiées ma perception et ma vision des choses). Je pense toujours que les premiers patrons incriminés par Biquette ont été « recopiés ». Après je n’ai pas fait la démonstration moi-même mais je trouve que les images parlaient d’elles-mêmes. Pour la robe Hoss, l’inspiration elle plus que présente mais je doute qu’elle ait commandé la même pour la découper et la recopier, à partir de la … (ça se joue a peu de chose je suis d’accord).

Pourquoi ?
J’ai au début été étonnée, peut-être un peu outrée mais n’étant pas consommatrice ACM je ne me suis pas vraiment sentie flouée … mais pleine de bon principe j’ai décrété que je n’achèterais plus de patron de cette marque. Au milieu de l’été (ou un truc comme ça) ACM a sorti une nouvelle collection avec Murmure, Mordue etc. emballages revus bref la totale. Et la bim avalanche de critique … pas très justifiées ! « on voit que si va pas, on voit que machin poche, c’est trop commercial et patati et patata » (ça tombe bien que ça soit commercial, toutes les créatrices cherchent à vendre des patrons, elles ne font pas du bénévolat malgré toute l’éthique qu’elles voudraient vendre aussi). En fait je pense que j’ai juste été saoulée du bashing anti et je ne suis pas rancunière de nature.

Et la justice ?
On aimerait se dire que si la justice avait tranchée, elle aurait été du côté de nos convictions (les vôtres, les miennes, bref) mais si ça n’avait pas été le cas ? Et que faire quand les « victimes » (on va les appeler comme ça) ne veulent pas se plaindre ? On peut trainer le « coupable » sur la place publique, le tondre et lui cracher dessus. Je pense qu’on peut dire que c’est un peu ce qui a été fait, en version numérique. Mais ensuite ? Les violeurs sortent de prisons, les tueurs aussi. Je ne pense pas que ACM ait fait quelque chose de comparable : elle a vendu des patrons mal fichus et copiés. Bon, c’est moche mais c’est pas la fin du monde. Je pense pour ma part qu’elle a largement payé (et je ne parle pas au niveau financier mais au niveau psychologique) maintenant je me dis aussi que je vivrais très mal qu’on me reproche toute ma vie mes erreurs comme si parce que j’avais fauté une fois, j’étais bonne à jeter, que plus rien de bon ne pouvait en sortir. C’est pas ce qui permet d’avancer.

Pour conclure, personne n’est au-dessus des lois mais personne n’est au-dessus de personne : finalement c’est facile de donner son avis, de faire la morale mais maintenant je me sens un peu bête. Et ce n’est pas que les patrons : il y a manger de la viande, acheter des Nike, des téléphones portables … pourquoi je « pardonnerai » facilement à des industries gigantesques plutôt qu’à ACM.
Voilà ^^ depuis la fin de l’été j’ai donc acheté la Murmure (cousue) et la combi Metropolitan. »


2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s